crop_Paul-Kerensa_photo-adjust.jpg

Pas de précipitation

Concluons sur ce qui se passe dans la chambre à coucher, et revenons à des discussions moins bizarres comme aller au bar ou oublier des sondes dans l’avion. Si vous avez des inquiétudes, il vaut mieux a) en parler à un professionnel de santé, mais b) en vous assurant qu’il s’agit de quelqu’un de compréhensif, prêt à vous aider - je peux témoigner du fait que nombre d’entre eux ne le sont pas. Ne vous laissez pas décourager ou vous sentir dévalorisé par les médecins ou les infirmières qui ne se préoccupent que de votre santé, mais sans plus. Il existe de très bons professionnels de santé qui sont prêts à vous écouter et à vous conseiller. Les sexothérapeutes peuvent être fantastiques, et votre généraliste peut vous orienter.

Mon rôle n’est pas de vous donner des conseils sur l’acte lui-même, mais tout ce que je peux dire, c’est qu’il faut essayer, essayer et réessayer - et prendre du plaisir à le faire. Pas de précipitation. Les baisers, les caresses, tous ces préliminaires… cela ne peut qu’aider. En fait - faites passer le mot - j’ai entendu dire une fois que les gars qui utilisent des sondes pourraient être meilleurs au lit parce qu’ils mettent davantage l’accent sur ces préliminaires, plutôt que seulement sur le grand événement. (Et ce n’est pas du tout de la vantardise.) La douceur, la lenteur, la constance, et l’attention : toutes ces choses sont bonnes et ne peuvent qu’aider. Si vous rencontrez des problèmes, si vous ne parvenez pas à faire ce que vous avez promis, n’oubliez pas que vous n’avez rien promis, revenez donc au toucher. Tout n’est pas perdu.

Ce que nous croyons si souvent être définitif - éliminer certaines choses, cocher des cases - pourrait ne pas l’être. Certains de nos problèmes sont permanents, mais d’autres peuvent être temporaires, modifiables ou améliorables. Recherchez une oreille attentive auprès d’un professionnel de santé. Tout cela existe.

Et votre moitié existe aussi. J’ai trouvé la mienne, et je vous souhaite de trouver la vôtre. Ne vous laissez pas décourager. Ne soyez pas offusqué si quelqu’un trouve ça trop dégoûtant et fastidieux et trouve que cela n’en vaut pas la peine (si c’est le cas, ces personnes ne sont pas pour vous, et ne vous soutiendront pas dans les moments difficiles de toute façon). Essayez d’être quelqu’un de positif, et d’être aussi souple que votre sonde - peut-être trouverez-vous quelqu’un qui l’est également. Pas de précipitation.

The opinions expressed here are of a personal and anecdotal nature, and are in no way a substitute for professional medical advice. You should always consult your doctor or nurse if you have any questions.

S'adapter au cathétérisme peut être difficile. Vous n’avez pas à le découvrir seul. Communiquez avec à un membre de l'équipe de soutien me+ au 1-800-465-6302.