crop_Paul-Kerensa_photo-adjust.jpg

Peut-être que comme moi, vous êtes un « urologé » de naissance (un mot de mon invention). Ou peut-être qu’à un certain moment la vie vous a propulsé dans le monde de la dérivation urinaire et des vessies capricieuses. Quoi qu’il en soit, il est possible que votre CV médical ait également orienté votre parcours professionnel. Dans mon cas particulier (l’exstrophie est une pathologie de la vessie relativement rare), j’ai entendu parler d’une étude sur l’orientation professionnelle qui révélait qu’une proportion extrêmement élevée d’entre nous travaillaient soit dans le domaine de la santé, soit dans le divertissement. Certes, j’ai rencontré peu d’utilisateurs de sondes en personne, mais parmi eux, il y avait quelques infirmières (inspirées par le temps passé à l’hôpital lorsqu’elles étaient enfants), et un comédien de stand-up comme moi, un scénariste d’Hollywood et même un clown professionnel. Pour nous, les professionnels du spectacle, je suppose qu’après les affres de l’hôpital (y compris dans mon cas, quelques incidents évités de justesse sur la table d’opération), on en vient à penser « Pourquoi passer ma vie à faire un travail que je déteste, ou que je tolère seulement ? Pourquoi trimer pour un patron ? Essayons plutôt de faire quelque chose d’amusant… ».

Je connais également des utilisateurs de sonde qui travaillent dans l’enseignement ou sont traders à la City, et un ou deux qui font des petits boulots, du moment que ça leur permet de financer leurs voyages autour du monde. Quoi qu’il en soit, j’entends souvent parler de choses follement épanouissantes plutôt que de simple survie, le principe étant de vouloir se dépasser et franchir les obstacles, pour se prouver quelque chose à soi-même ou aux médecins, ou tout simplement retrouver la valeur de la vraie vie et du travail bien fait.

L’un de mes emplois de rêve m’a amené à travailler avec une célébrité (encore désolé, je ne peux pas la citer) sur une émission de télévision. Nous nous réunissions avec des personnalités, des producteurs et des auteurs dans la maison de la star pour écrire le scénario du spectacle. C’était une réunion d’affaires dans un contexte personnel, donc j’ai utilisé les toilettes de la maison comme d’habitude… Tout allait bien, jusqu’au moment de partir. Je tâte alors ma poche, où je m’attendais à trouver ma sonde usagée, prêt à la jeter dans la poubelle la plus proche dans la rue (je ne voulais pas encombrer la poubelle de la célébrité avec cela). Mais en tâtant ma poche, il n’y avait rien – rien d’autre que l’emballage vide. La sonde elle-même avait disparu. Une fouille fiévreuse s’en est suivie (juste par moi – tout le monde a poursuivi la réunion), et après quelques minutes et deux litres de transpiration, j’ai repéré mon tube perdu, qui brillait sur le somptueux tapis probablement hors de prix à proximité des toilettes. Je ne saurai jamais si quelqu’un l’a vu ou si quelqu’un a marché dessus. Je fais normalement très attention, mais c’est typique, n’est-ce pas – la seule fois que vous êtes dans la maison d’une célébrité…

The opinions expressed here are of a personal and anecdotal nature, and are in no way a substitute for professional medical advice. You should always consult your doctor or nurse if you have any questions.

S'adapter au cathétérisme peut être difficile. Vous n’avez pas à le découvrir seul. Communiquez avec à un membre de l'équipe de soutien me+ au 1-800-465-6302.