crop_Paul-Kerensa_photo-adjust.jpg

« Qui vivra verra. »

J’ai maintenant deux jeunes enfants. Pour être honnête, ça m’a surpris autant que n’importe qui. En tant que sondeur à vie, j’ai eu mon lot de problèmes de santé, de situations embarrassantes, de questionnements, de certitudes et de « jamais ». À mesure que je grandissais, on m’a toujours dit « Tu n’auras pas d’enfants ». En fait, ce n’est pas qu’on me le disait toujours. Ce serait un peu dur d’entendre ça tous les jours.

Mais j’ai toujours été vaguement conscient que les enfants ne feraient probablement pas partie de ma vie - que ce soit pour des raisons biologiques (si mes entrailles douteuses étaient trop suspectes) ou pour des raisons sociales (les problèmes de sonde font tourner les rendez-vous galants à la catastrophe et limitent les occasions). Pourtant je suis sorti avec des filles, j’ai eu plusieurs copines, et finalement une femme. Pendant tout ce temps, je savais qu’il était peu probable que j’aie des enfants. Je savais, mes parents le savaient, et ma femme le savait, parce que bien sûr, je le lui ai dit, devant l’autel. (Le tout est de choisir le bon moment.)

Donc, ayant grandi sans nombril, j’en ai maintenant deux. C’est juste qu’ils ne sont pas sur moi.

Avec les enfants, est venue une foule de questions - et de nouveaux potentiels moments de gêne. Je n’oublierai jamais la fois où mon fils de trois ans et moi utilisions des toilettes publiques. « Pourquoi tu mets ça dedans, Papa ? », m’a-t-il demandé. Dans la cabine d’à côté, j’ai entendu une autre petite voix demander à son propre père : « De quoi il parle le garçon à-côté, Papa ? » Le papa a répondu, hésitant : « Euh... Je n’en ai aucune idée. » Ils sont partis rapidement.

Mes enfants grandissent et mon état est normal pour eux - même s’il nous faut maintenant les convaincre qu’il n’est pas aussi normal que cela. Ma fille a dit un jour : « Quand je serai un homme, j’aurai un tube comme Papa. » Je ne sais pas par où commencer pour lui expliquer les choses.

Cela étant, si j’ai appris quelque chose du mélange « être père », « urologie » et « humoriste professionnel », c’est que rien ne peut plus m’embarrasser. La peur des conséquences sociales quand j’étais à l’école s’est évanouie. Mes enfants peuvent dire n’importe quoi maintenant : me dénoncer en tant que sondeur, distribuer des sondes en bas de la rue, peu importe. Je ne rougirai jamais. Les paris sont ouverts...

The opinions expressed here are of a personal and anecdotal nature, and are in no way a substitute for professional medical advice. You should always consult your doctor or nurse if you have any questions.

S'adapter au cathétérisme peut être difficile. Vous n’avez pas à le découvrir seul. Communiquez avec à un membre de l'équipe de soutien me+ au 1-800-465-6302.